7sensadmin

Tillandsia ou Fille de l’air

Nul besoin de terreau, leur facilité d’entretien, leur esthétique et leur originalité ont tout pour plaire !  Sur un support en bois, en suspension, dans une bulle de verre… Les Tillandsias sont idéales pour avoir une décoration de maison moderne et végétale, sans soucis.


Objets de décoration, cadre avec des plantes

Qu’est-ce qu’un Tillandsia ?

Vous lui trouvez une ressemblance avec d’autres végétaux ? Elle fait partie de la famille des Broméliacées (Bromeliaceae), tout comme l’ananas !

Cette plante à la particularité d’être aérienne et de se nourrir par les feuilles. Celles-ci  vont absorber l’humidité ambiante, rosée ou eau de pluie, à l’aide de cellules spécialisées. Les petites racines, elles, servent d’ancrage à un support  (un arbre, une roche ou même un câble électrique). On compte plus de 400 espèces différentes, qui sont exclusivement originaires d’Amérique Centrale, d’Amérique du Sud, du sud des États-Unis et des îles avoisinantes. Sauf exception pour la Tillandsia Pitcairnia Feliciana, qui elle, est originaire d’Afrique. Il existe des variétés terrestres et d’autres épiphytes ou lithophytes.

La Tillandsia Bergerie est originaire du massif montagneux de Buenos Aires (Argentine) et se rencontre très souvent sur la riviera méditerranéenne.

Plante Tillandsia Bergerie

Comment entretenir et prendre soin d’un Tillandsia ?

L’arrossage :

Il existe pour ces plantes 3 catégories qui ont des besoins très différents concernant l’humidité ambiante. Cela va dépendre de leurs milieux d’origine, car ces plantes nous viennent climats désertiques, des forêts et de zones très humides.

Renseignez vous sur la variété de Tillandsia dont vous prenez soin afin de connaître la fréquence de son apport en eau.

Nous pouvons utiliser deux méthodes pour l’arrosage de nos Tillandsias, le bain ou la pulvérisation. On brumise ainsi une eau, de préférence non calcaire, sur les feuilles 2 à 3 fois par semaine, voire plus en période de fortes chaleurs.

 Pour le bain, il suffit de plonger ses plantes dans de l’eau, pendant une dizaine de minutes.

Il est important de toujours placer la tête vers le bas, afin de l’eau ne stagne pas à l’intérieur de la plante, car elle risquerait de pourrir. 

Il est important de faire cela plutôt le matin que le soir afin de reproduire le cycle naturel, les apports d’eau de la rosée matinale sont très appréciés par ces plantes. De plus cela réduit le risque de pourriture car la température baisse durant la nuit et les feuilles sèchent moins vite. La plante doit  sécher complètement entre deux vaporisations ou bains.

L’Exposition

Le tillandsia demande d’être exposé à une lumière vive mais tamisée, sans soleil direct en été aux heures chaudes.  S’il est en intérieur il devra être placé près d’une fenêtre, en prenant soin d’éviter là aussi le soleil direct en été. 

Le placer dans un endroit ventilé permet d’éviter les maladies fongiques et que le cœur ne retienne l’eau (ce qui risquerait de le faire pourrir).

Température

Concernant la plupart des espèces, la température idéale de croissance se situe entre 20° et 25°C. Elles vivent généralement dans des climats dont les températures vont de 10°C à 30°C. Rares sont celles qui résistent à -10°C, mais certaines le peuvent car elles sont originaires de zones situées en altitude. Elles sont suffisamment rustiques pour supporter des gels légers et vivre à l’extérieur toute l’année dans là où les hivers sont doux. Pour exemple en région  méditerranéenne, le Tillandsia bergeri s’est implanté depuis très longtemps.

L’hiver, une légère chute  des températures va stimuler la floraison de nombreuses espèces. Si vous la cultiver en intérieur, vous pouvez la placer dans une pièce moins chauffer à condition qu’elle ait une forte luminosité.

Hypertufa

pot rose contenant une plante grasse.

Hypertufa, c’est quoi ?

L’hypertufa au design si moderne est pourtant très vintage ! Il est utilisé depuis le XIX e siècle, pour construire principalement des auges. Son nom lui vient du Tuf, roche volcanique utilisée en Italie au moins depuis les  Étrusques et les Romains. L’Hypertufa est aussi appelé fausse roche car son aspect est semblable à de la pierre.

Ce matériau est composé d’un mélange de ciment, de mousse de tourbe blonde (ou sphaigne) et de perlite (qui est parfois remplacée par de la vermiculite, du sable ou du gravier). De nombreuses recettes existent afin d’obtenir des textures différentes, selon le type d’aspect que l’on souhaite.  Ce mélange est réalisé à la main, en y ajoutant un peu d’eau, afin d’obtenir une pâte grumeleuse, qui doit être ni trop sèche, ni trop molle. Cette pâte va être coulée, pressée et façonnée  dans un contenant qui servira de moule. Puis il sera mis à l’abri, recouvert d’un plastique afin de conserver l’humidité et éviter de sécher trop rapidement. Après plusieurs jours on pourra le démouler et le remettre à l’abri. La fabrication d’une pièce requiert un mois de séchage avant son utilisation.

C’est sans doute pour ces raisons qu’il est assez rare d’en trouver dans le commerce et quasiment impossible à trouver en France. Sa réalisation est exclusivement un travail artisanal.

Quelles sont ses particularités ?

La composition de l’hypertufa lui confère de nombreuses qualités. Tout d’abord ce matériau est complètement étanche, mais il est poreux. Ce qui à pour avantage de permettre à l’air de circuler, ainsi les racines vont pouvoir respirer et le substrat rester sain beaucoup plus longtemps. L’environnement dans lequel vit les végétaux va être déterminant pour qu’ils puissent s’épanouir. Il n’est pas rare que les plantes dépérissent du fait que leurs racines pourrissent, le choix du pot va être le premier soin que l’on apporte à  nos plantes.

Sa résistance, sa légèreté, sa longévité dans le temps face aux éléments, et son esthétique font de l’hypertufa un excellent matériau pour accueillir les plantes de votre maison et de votre jardin. De plus c’est un matériau relativement léger, avec l’avantage d’être très résistant. Leur légèreté est très appréciée pour les grands contenants, qui restent souvent difficiles à déplacer.

Il est également utilisé pour la construction de bassin et de faux rochers afin de reconstituer un décor naturel. 

La couleur de l'hypertufa

Ce pot est composé de ciment blanc et de ciment gris (auquel on a ajouté un colorant en poudre noir pour accentuer la couleur qui est un peu pâle).

Il faut prendre en compte que la couleur de l’hypertufa va s’éclaircir avec le temps,  surtout s’il est exposé au soleil. S’il est exposé à l’ombrer il prendra rapidement un aspect antique. 

Les Bougies Naturelles

Allumer une bougie et profiter d’une ambiance chaleureuse et apaisante…

Oui, mais savez vous de quelle cire il s’agit ? Malheureusement la majorité des bougies vendues sont très toxiques et allergènes. Le choix des cires utilisées pour la fabrication de ces bougies est très important. Pour vous assurer de ne pas vous exposer à des substances dangereuses pour l’organisme, c’est très simple, regarder la composition. En effet, si c’est une bougie en cire naturelle, cela sera indiqué sur l’étiquette principale, ou à minima au dos, ou sur la boite. À l’inverse si la composition n’est pas indiquée, c’est à coup sûr de la cire de paraffine.

Si elle est parfumée, là aussi c’est un élément très important à prendre en compte. Les parfums peuvent être naturels ou de synthèse. Les parfums de synthèse sont eux aussi connus pour leur dangerosité, lors de la combustion des composants volatils très toxiques vont se propager. Bien que les normes sur l’étiquetage en France soient obligatoires, il est très fréquent de n’avoir aucune information. Si cela est le cas, c’est mauvais signe, et il s’agira à coup sûr de cire de paraffine. 

bougie à la cire d'abeille

Cire d’abeille 100% naturelle

Pourquoi choisir une bougie en cire naturelle ? 

 Quand nous achetons une bougie notre choix est souvent guidé par son esthétique et son prix. On en trouve dans tous les magasins, mais nous sommes très peu informés sur les dangers potentiels de la combustion de celle-ci. La qualité des cires utilisées est pourtant essentielle, car les voies respiratoires vont être en contact direct avec ces substances. Faisons un point sur les différentes cires qui servent à la confection de bougie.

La cire de paraffine : 

La cire de paraffine est un résidu de la pétrochimie et de la chimie du pétrole. Les bougies en cire de paraffine sont toxiques, elles vont noircir et apporter de la fumée dans la pièce lors de leur combustion. Elles sont d’autant plus toxiques lorsqu’elles sont parfumées car les parfums employés sont de synthèse et connus eux aussi pour leur toxicité. Les colorants ne sont pas épargnés, fabriqués à base Aniline, ils sont eux aussi à proscrire. Toutes ces molécules propagées pendant la combustion de la bougie représentent un danger pour chacun d’entre nous si l’utilisation demeure trop fréquente.

Comme la cire de paraffine est bien moins chère, elle est  devenue ces dernières décennies la favorite des fabricants de bougies à moindre coût, sans prendre en compte sa toxicité et ses dangers. Les grands magasins, les boutiques de décoration, et autres enseignes, mais aussi de nombreux artisans, font le choix d’utiliser cette matière et représentent malheureusement la grande majorité du marché de la bougie.

Les cires naturelles :

Cire de soja, de colza, d’abeille, qu’elle soit végétale ou animale (comme la cire d’abeille) les cires naturelles, elles,  ne sont pas allergènes, ne dégagent pas de polluants et ne créent pas de fumée noire en brûlant.

Ces cires permettent de profiter des vertus des huiles essentielles et sont une alternative aux diffuseurs. La cire de soja va être la plus adéquat pour la diffusion de ces senteurs, car son point fusion est  bas (-/+50°C),  ce qui n’altère pas les propriétés des huiles essentielles lors de sa combustion.

Écologiques et biodégradables, les cires naturelles ne polluent pas l’environnement et sont généralement issues de cultures sans OGM, ni pesticides, ni CMR.

 

Nos conseils :

  • Regarder la composition pour vérifier quelle cire et quels parfums sont utilisés.
  • Si les parfums sont naturels, ils peuvent quand même être allergènes, donc si vous êtes sujet aux allergies, utiliser de préférences des bougies non parfumées ou avec des huiles essentielles que vous tolérez .
  • Proscrire toutes les bougies qui n’indiquent pas la composition.
  • Afin de profiter sainement de votre bougie, éteignez là au doigt ou avec un éteignoir à bougie. 

Toutes les bougies présentées dans notre boutique sont confectionnées avec des cires 100% naturelles, sans additif, sans OGM, ni CMR.